Du Rififi à Frampton en Beauce
Mai28

Du Rififi à Frampton en Beauce

Frampton en Beauce

Après une matinée consacrée à la cueillette de champignons dans le secteur de la rivière Calway, nous avons fait halte dans le village de Frampton, dans un petit bistro,  » Le Gourmet de l’Érablière « .

L’établissement ne vend ni vin, ni bière et ne prend que du cash. Soyez prévenu. Madame est au fourneau et c’est Monsieur qui sert ses clients. L’endroit est minuscule, j’ai compté une vingtaine de places. Tout en faisant dans la simplicité, les suggestions sont nombreuses, tant au menu du jour qu’à la carte.  Tout un choix de burgers, de tourtières, de ragoût de boulettes, de quoi ravir les fervents de la cuisine traditionnelle. Mais semble-t-il avec un petit je ne sais quoi de modernité qui fait de ce petit restaurant une étape tout à fait séduisante.

Nous avons choisi tous les deux le même menu:

  • potage riz-tomate (parfaitement assaisonné);
  • Bouchée à la reine accompagnée de frites et d’une petite verrine de légumes marinés.
  • Gâteau à la rhubarbe avec sucre d’érable …

Je voudrais être méchant, que je ne le pourrais pas. C’était simple et simplement bon. Les frites aussi étaient très bonnes. Même l’eau était parfaite, c’est dire. J’allais oublier de vous dire que les propriétaires des lieux sont vraiment très aimables.


Comptez un beau 15$ (en Cash) pour votre dîner !

Gourmet de l’Érablière

104, rue Cliche,   Frampton, Québec   G0R 1M0       Tél. (418) 479-5226.

En lire plus
La Cache à Maxime en duo
Nov19

La Cache à Maxime en duo

Pour honorer un certificat cadeau de la Forfaiterie, qui nous avait été offert pour Noël dernier, nous nous sommes rendus ce dimanche, sur l’heure du brunch, à La Cache à Maxime. Certes, nous sortons ainsi de notre fief habituel – ville de Québec – mais après tout … Il faut savoir affronter le sud profond ! Je plaisante. Une fois les ponts passés (…) 30 minutes suffisent à rejoindre le petit village de Scott où se tient l’Auberge. A cette époque de l’année, l’endroit ne paie pas de mine.

 Peu de monde à cette époque de l’année. Sans doute essentiellement une clientèle de proximité. Nous traversons toute la partie avant de l’auberge pour nous rendre dans la salle « Bacchus » où se tient le brunch.  Deux buffets, l’un chaud, l’autre froid, ainsi qu’une table de desserts sont à la disposition de la clientèle. Tout est propre et net et le personnel très serviable. Mais le brunch en lui-même est tout ce qu’il y a de plus ordinaire – si on le compare, à prix égal, à ce que proposait feu L’Astral – .  Nous faisons néanmoins une très belle découverte. Partis pour deux verres de vins « français », nous nous reprenons pour tester le vin « d’ici » comme le qualifiait notre serveuse. Nous serons au moins venus à La Cache à Maxime pour découvrir Le Jarret Noir.

Nous l’avons tellement apprécié, que nous sommes reparties avec quelques bouteilles.

L’auberge dispose d’une très belle boutique, très bien achalandée et proposant un certain nombre de produits de terroir. 

 

Je n’apprécie vraiment pas les buffets chauds avec lampes rouges.

Tous les aliments se ressemblent et ont tendance à se dessécher ! Il y a sûrement d’autres solutions.

 

Mon addition du jour : 40 $ taxes et tip inclus

Il faudra que nous revenions à la belle saison pour profiter de la cuisine du chef français de l’auberge.

 

La Cache à Maxime

265, rue Drouin  Scott (Québec) G0S 3G0    Tél. : 418 387-5060

En lire plus
");pageTracker._trackPageview();
%d blogueurs aiment cette page :