LA CALEBASSE

clubdes5

La Calebasse

Après notre dernière expérience au Café Conti, mon choix s’est porté sur une adresse plus exotique et nettement moins dispendieuse, La Calebasse.
L’endroit ne paie pas de mine, installé au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation de la rue Myrand.
Peu de monde en cette soirée pluvieuse et footbalistique. Un écran géant dans le fond de la salle permet pourtant de suivre le dernier match. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus exotique au niveau de la décoration. Nous sommes dans une cantine de quartier.
L’accueil est aimable, mais le service est particulièrement lent.  Arrivés à 18h30 nous sommes partis 4 heures plus tard … Je n’ose imaginer ce qu’il serait advenu un soir d’été avec une terrasse remplie.
La carte n’est pas immense, mais chaque plat semble détenir une surprise … Nous optons tous pour la table d’hôte, – le prix du plat principal + 6$ – et un repas 5 services. Potage, salade, plat principal, dessert et café. Je crois bien que nous l’avons oublié celui là !

 

Comme à l’habitude, mes partenaires de table ont été beaucoup plus généreux que moi quant à leur appréciation de notre repas. Jusqu’au plat, rien à dire. Le potage et la petite salade  font la job. Ensuite la cote baisse un peu.  J’ai trouvé les viandes particulièrement sèches. Si elles avaient pu être réchauffées et servies avec une sauce bien épaisse … Le Dégué – sorte de yaourt – a lui fait l’unanimité.

La Calebasse ne marquera pas d’une pierre blanche ma découverte des restaurants de Québec, mais c’est un endroit sympathique qui mérite malgré tout d’être découvert. Ses petits prix sont un atout incontestable.

Il est à noter qu’il est possible d’acheter de nombreux produits exotiques dans la petite épicerie qui jouxte le restaurant.

Comme nos sorties du vendredi soir semblent vouloir se maintenir, nous avons décidé qu’à tour de rôle nous choisirions le restaurant de la semaine. C’est à toi de choisir Val !

Author: f@b

Share This Post On
468 ad

1 Comment

  1. Je voulais tout de même ajouter que manger à La Calebasse, malgré les dérapages culinaires que j’ai pu signaler, permettait à ceux qui ne les connaissent pas, de goûter à la semoule de manioc, à la banane plantain et à des saveurs que le commun des mangeurs ignore sans doute. Certains plats se commandent 24h à l’avance et c’est sans doute un de ceux-là qui me feront revenir.

    Post a Reply

Laisser un commentaire

");pageTracker._trackPageview();
%d blogueurs aiment cette page :